Volt ne postera plus de messages. Il a eu une violente récidive vendredi passé (02.09.2017) et est mort samedi matin d’une attaque cardiaque. Je ne regrette pas tout ce que j’ai fait pour lui, je regrette simplement de ne pas avoir pu faire plus. Il partageait mon quotidien depuis 4 ans et animait mes journées avec les jouets qu’il me ramenait, les instants d’échange quand je lui amenais à manger, les câlins au réveil… Il est arrivé dans les moments les plus durs de mon existence jusqu’à présent et j’ai adoré reprendre goût à la vie avec notamment lui à mes côtés. Il aurait dû vivre encore 10 ans, j’étais prête à être à ses côtés peu importe ce qu’il aurait fallu faire tant que sa qualité de vie était préservée. Notre voyage ensemble s’arrête là et marque la fin d’une histoire. Je ne pense pas qu’il a vu la fin arriver, j’étais certes inquiète lorsque les premiers symptômes sont apparus mais il me faisait confiance. Il s’est accroché jusqu’au bout, vers 7h30, lorsque la vétérinaire a appelé pour nous dire qu’on pouvait venir le chercher, il avait passé une nuit « correcte ». Elle s’apprêtait d’ailleurs à aller le chercher, la caisse qu’on venait de lui donner à la main. Puis elle est revenue : « Il a eu une attaque. ». Nous étions tous les 3 choqués. L’attaque a été brusque et soudaine. Elle nous a amené vers sa cage à oxygène où il était encore allongé sur le côté. J’ai posé ma main sur son petit corps, il ne bougeait plus, puis je l’ai pris dans mes bras, comme il en avait l’habitude. Je lui ai dit au revoir et l’ai reposé comme si je le déposais dans le lit à côté de moi le soir, pour sa dernière nuit.